Vol.5


《 La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. 》
Aldous Huxley

-----------------

N.B. C'est ce même Huxley qui décrit dans son ouvrage "Le Ciel et l'Enfer" ces états de dépassement de soi (ECM : Etat de Conscience Modifié) qui ouvrent des perspectives inhabituelles.

Selon lui ce sont ces "sublimes transports" qui permettent d'explorer les champs subliminaux ; (cela sans nécessairement faire usage de psychotropes, mais suite à une extrême fatigue, à un jeûne prolongé, à un état méditatif ou contemplatif extraordinairement poussé).

Une transcendance qui peut survenir simplement par immersion dans une certaine atmosphère (artistique par exemple : on sait maintenant que la musique peut facilement métamorphoser ponctuellement l'agencement des neurones, régissant matériellement les synapses)...

Une liesse collective (cf. supporters de sportifs ; ou "fans" de musiciens réunis), un grand enthousiasme inopiné, ou simplement la rencontre fortuite avec un paysage de toute beauté, peuvent bon an mal an également faire l'affaire.

Voilà pourquoi le nom du groupe ("Sub.  Trans. pour les intimes") nous a semblé tout-à-fait pertinent pour décrire ces envolées....

"Entre Chien Et Loup"

Modeste Moussorgski (MSorg) a composé la musique d'une promenade virtuelle : ses Tableaux d'une Exposition sont ici revisités intégralement et plutôt scrupuleusement par Sub.Trans. dans cet album, à moult reprises, (transcriptions qui deviennent progressivement plus iconoclastes ... mais fidèles à la partition.)


Des interprétations rêvées avant même d'être exécutées, des musiques pour des films plus ou moins imaginaires* que chacun peut se faire.
 D'où le sous-titre "l'extrapolation légendaire" : changement de rythmes, bouleversement du tempo, modulations synthétisées plus vraies que nature, stridences étouffées, harmonies '[dis]sonantes et trébuchantes', sorties indemnes de la raffinerie sonique ...
Voici de quoi passer dans une autre dimension, changer d'air[e] [aria] !

On y trouve également le très beau 3ème mouvement de la symphonie N°3 de Johannes Brahms, plus cosmique que jamais. (Cf. Gainsbourg aussi avait été en empathie avec ce spleen d'un[e] Baby Alone in Babylone...)

Et puis le célèbre canon (tout pacifique, comme pourrait l'être un derviche tourneur) de Pachelbel, pour prolonger ces transports subliminaux !

Ici encore de "l'électro" raffinée (à l'alambic de la cyberévolution) ! (+ overdubs acoustiques pur jus), courageusement chapeautée par le Pr Fox, pour quelques grandes occasions, lors de célébrations rituelles,.



* Exercices de style
...plutôt usités lorsqu'il s'agit d'instru[-]mentaux : c-à-d laisser l'auditeur se faire son cinéma !
  • Ex: les musiciens de U2 (aka the Passengers) pour un album entier de soundtracks fictives
  • Pascal Comelade ("musiques pour films vol.2") ; 
  • Pink Floyd (hors cinématographie connue, bien entendu) comme ce titre à la fin de Atom Heart Mother, où le feu qui succède au frottement d'une alumette est "concrétisé" par la musique... ; 
  • Air comme avec Méliès mais sans les images (chacun peut IMAGINER ce qu'il lui plaît) ; 
  • Frank Zappa confiant timidement les partitions d'un aïeul (fictif parait-il), récupérées chez les Mormons, à des puces savantes balbutiantes ; 
  • Jimi Hendrix dans "1983… (A Merman I Should Turn to Be)" esquisse pendant ¼ d'h un improbable scénario abstrait mais voluptueusement sonique voire même synesthésique **
  • Brian Eno (utilisant un logiciel de veille d'ordinateur : Kouan, Bloom, puis Reflection), c-à-d un "économiseur d'écran" aléatoire perpétuellement changeant ; 
  • Brian Jones en promenade à Jajouka enregistre les musiciens locaux ("sauvagement" dans les 2 sens du terme); 
  • Richard Pinhas mettant Deleuze en musique (Schizotrope), avec Maurice G. Dantec ;
  • Aussi la vingtaine de compositeurs qui successivement se sont attachés à l'illustration sonore du film Metropolis de Fritz Lang (1927), ou, telle Janelle Monáe qui en ont extrapolé une inspiration singulière ; 
  • Etc...

7 € à l'unité

MP3 (low-res.)


Brahms (extrait)


Msorg (extrait)

— page précédente | page suivante —

vol1
vol1
vol2
vol2
vol2bis
vol2 bis
vol3
vol3
vol4
vol4
vol5
vol5
hors-série
Hors-Série
MP3
compilation MP3



** La synesthésie est un phénomène neurologique non pathologique par lequel deux ou plusieurs sens sont associés.

Par exemple la synesthésie dite « graphèmes-couleurs » fait que les lettres de l'alphabet sont perçues colorées. Dans la synesthésie dite « synesthésie numérique », les nombres sont tous et systématiquement associés avec des positions dans l'espace. Dans d'autres types de synesthésie, la musique, d'autres sons ou les nombres, jours de la semaine et mois de l'année peuvent être perçus colorés, ayant une forme particulière ou une disposition spatiale particulière, possiblement en mouvement. Une autre forme, dite « synesthésie de personnification ordinale/linguistique » fait associer des personnalités à des couleurs.
Les associations sons / formes-couleurs sont parmi les plus répandues, alors que celles qui impliquent des goûts et des odeurs sont plus rares.
En 2004, l'Association américaine de synesthésie dénombrait 152 formes de synesthésies différentes.

© Fairline 2019